La Descente de Croix de Rubens

La Descente de Croix de Rubens

Samedi 27 janvier 2018

LA DESCENTE DE CROIX 8 webCet article vous propose de suivre l’évolution de la copie de « La Descente de Croix » de Rubens, réalisée au Palais des Beaux-Arts de Lille devant l’oeuvre originale.

Le dessin préparatoire au fusain est repris en jus de noir de vigne au pinceau très fin.  Le tableau sera exécuté avec le gel thyxotrique qu’utilisait Rubens entre autres choses, médium composé à parts égales d’huile noire et de résine mastic, qui lui permettait des superpositions dans le frais, sans attendre les délais habituels de durcissement entre deux couches picturales.

Si vous êtes de passage au musée un vendredi, vous pourrez y rencontrer le copiste au travail.

LA-DESCENTE-DE-CROIX-1

10ème heure, dessin préparatoire au fusain,  repris en jus de noir de vigne au pinceau très fin.

LA-DESCENTE-DE-CROIX-2

20ème heure, reprise du dessin préparatoire sur imprimature terre d’ombre.

LA-DESCENTE-DE-CROIX-3

25ème heure, ébauche en dégradés de terre d’ombre avec réserve des parties claires

LA-DESCENTE-DE-CROIX-4

30ème heure, suite de l’ébauche en dégradés de terre d’ombre avec réserve des parties claires

LA-DESCENTE-DE-CROIX-5

35ème heure, reprise du fond en glacis de noir d’ivoire et terre d’ombre à l’huile noire

LA DESCENTE DE CROIX 6

40ème heure, reprise du fond en glacis noirs et des ombres en glacis de terre d’ombre

LA-DESCENTE-DE-CROIX 7-web

45ème heure, recherche des teintes de l’échelle et du sol en terre d’ombre et terre de Sienne

LA DESCENTE DE CROIX 8 web

50ème heure,  mise en grisaille du personnage en haut à gauche, Joseph d’Arimathie

Laisser une réponse