Titien

Tiziano Vecellio ou Tiziano Vecelli ou Tiziano da Cador, plus communément appelé Titien ou Le Titien en français, né vers 1490 à Pieve di Cadore, mort le 27 août 1576 à Venise, est un peintre italien de l’école vénitienne, auteur d’une œuvre picturale considérable. Il est considéré comme un des plus grands portraitistes de cette époque, notamment grâce à son habileté à faire ressortir les traits de caractère des personnages. « Il libère aussi la peinture des contraintes de la ligne et de la forme où elle était emprisonnée depuis le Moyen Âge finissant, et cela pour donner tout pouvoir à la couleur. »

Il est né à Pieve di Cadore, une petite ville des Dolomites en Vénétie entre 1488 et 1490, dans une riche famille locale. Son père Gregorio Vecellio occupait diverses charges, dont celles de capitaine de la milice, et d’inspecteur des mines.

On ne sait pas quelle éducation il a reçu : il ne connaissait probablement pas le latin, langue très importante à l’époque, et la majeure partie des lettres qui nous sont parvenues ont été écrites pour son compte par d’autres personnes. Tiziano s’est initié à la peinture en même temps que son frère Francesco. Les deux sont envoyés à Venise, vers l’âge de 9 ou 10 ans, pour étudier l’art. Ils commencent dans l’atelier de Sebastiano Zuccato, un artiste en mosaïque. Après quatre ou cinq ans, Titien entre dans l’atelier du peintre Gentile Bellini, puis de son frère Giovanni Bellini, à cette époque l’artiste le plus réputé de Venise. C’est là qu’il fait la connaissance de Giorgio da Castelfranco, connu sous le nom de Giorgione. Ils deviennent amis et associés, et en 1508 travaillent ensemble aux fresques extérieures du Fondaco dei Tedeschi. Deux ans plus tard, Giorgione meurt de la peste et il est probable que de nombreux tableaux de Giorgione, inachevés, aient été terminés par Titien6. De 1508 à 1568, Titien pratique aussi la gravure sur bois. Certains ont même pensé qu’il a participé à l’élaboration de la Fabrica, un gros volume in-folio de 663 pages, qui contient plus de 300 figures anatomiques, gravées sur bois. Mais, rien n’a jamais été prouvé.

Titien peint trois fresques pour la Scuola di Sant’Antonio à Padoue, ville où il se rend en 1511. En 1516, à la mort de Giovani Bellini, il est nommé à sa suite peintre officiel de la République de Venise et établit un atelier sur le Grand Canal à San Samuele. De nombreux artistes contemporains y passèrent, dont Tintoret et Le Greco. En 1520, il exécute une importante commande pour la décoration du Palais des Doges, La Bataille de Cadore (grande fresque qui sera détruite lors d’un incendie en 1577) et trois peintures de scènes mythologiques pour Alphonse Ier d’Este. Il est également chargé de faire tous les portraits des doges successifs, jusqu’en 1555 où la tâche incombe à Tintoret. Il a également de nombreuses commandes pour les notables vénitiens et les églises de la cité.

Trois ans plus tard, pendant un voyage à Ferrare, il fait la connaissance de Frédéric II Gonzague, marquis de Mantoue dont il fait le portrait et pour qui il travaille durant plus de 10 ans, décorant le château de Ferrare de fresques mythologiques. Fin 1522, il se rend à Mantoue, où il rencontre le marquis Federico Gonzaga qui lui commande près d’une quarantaine de tableaux, et se lie d’amitié avec l’Arétin et Sansovino, réfugiés à Venise après le sac de Rome.

En 1525, il épouse Cecilia Soldano, fille d’un barbier, qui lui a déjà donné deux fils : Pomponio en 1523 et Orazio, juste avant le mariage. En 1530 sa femme met au monde une fille (Lavinia) et meurt quelques mois plus tard. On ne sait s’il se remaria, mais en tout cas les années 1530 sont pour Titien celles d’un nouveau canon féminin, plus menu comme dans La Bella (Florence, Palais Pitti), Marie-Madeleine (v. 1533) (Florence, Palais Pitti) ou La Vénus d’Urbin (Florence, Musée de la Galerie des Offices). Cette dernière œuvre, réalisée pour Guidobaldo della Rovere en 1538 s’inspire de la Vénus endormie de Giorgione en représentant une femme nue (Vénus ? une courtisane ? une jeune épouse ?) sur un lit dans une pièce et éveillée. Œuvre emblématique de sa carrière, elle est le prototype du nu féminin couché en intérieur pour la peinture européenne dont Édouard Manet s’inspirera pour son Olympia.

Dans cette même année 1530, il rencontre Charles V à l’occasion d’un voyage de l’empereur en Italie, par l’intermédiaire du marquis de Mantoue. Trois ans plus tard, Charles V lui accorde le titre de Conte Palatino et Cavaliere dello Sperone d’Oro, un honneur sans précédent pour un peintre. Il peindra une série de portraits des proches de l’empereur.

En 1545 il se rend à Rome à l’invitation du pape Paul III. Le 16 mars il obtient la citoyenneté romaine, et rentre à Venise. La confrontation directe avec les œuvres de Michel-Ange influe énormément sur sa carrière, qui connaît alors une « crise maniériste », marquée par des compositions plus hardies et un coloris aux forts effets de contraste.
Honneurs funèbres rendus au Titien, par Alexandre Hesse.

En 1548 il se rend à Augsbourg où se tient la Diète du Saint-Empire, présidée par Charles Quint, occasion pour lui de peindre de nombreux portraits de notables et de l’empereur lui-même. Puis il commence à travailler à sa série de Poésie pour le roi Phillipe II. Ces peintures représentent des nus féminins mythologiques, telles Danaé, Vénus et Adonis ou Diane et Actéon, et elles inaugurent la dernière phase de Titien, caractérisée par une touche beaucoup moins graphique et plus libre, où les toiles achevées laissent même voir l’action du pinceau sur la toile; on dit même que Titien aurait peint avec ses doigts certains de ses tableaux à la fin de sa vie.

Il est élu avec Andrea Palladio et Jacopo Tintoretto à l’Académie du dessin de Florence en 1566. Son dernier tableau connu est une Pietà, qu’il destinait à orner son tombeau : inachevée à sa mort, l’œuvre sera terminée par Palma il Giovane.

Il meurt le 27 août 1576, peut-être de la peste, plus probablement de vieillesse. Il est enterré dans l’église Santa Maria dei Frari à Venise.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Titien de Wikipédia en français (auteurs)