Rembrandt

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, habituellement désigné sous son seul prénom de Rembrandt (15 juillet 1606 – 4 octobre 1669) est généralement considéré comme l’un des plus grands peintres de l’histoire de l’art baroque européen, et l’un des plus importants peintres de l’École hollandaise du XVIIe siècle. Rembrandt a également réalisé des gravures et des dessins. Il a vécu pendant ce que les historiens appellent le siècle d’or néerlandais (approximativement le XVIIe siècle), durant lequel culture, science, commerce et influence politique de la Hollande ont atteint leur apogée.

Rembrandt a réalisé près de 400 peintures, 300 eaux-fortes et 300 dessins. La centaine d’autoportraits qu’il a réalisés tout au long de sa carrière nous permet de suivre son parcours personnel, tant physique qu’émotionnel. Le peintre représente sans aucune complaisance, ses imperfections et ses rides.

Une des caractéristiques majeures de son œuvre est l’utilisation de la lumière et de l’obscurité (technique du clair-obscur), qui attire le regard par le jeu de contrastes appuyés. Les scènes qu’il peint sont intenses et vivantes. Ce n’est pas un peintre de la beauté ou de la richesse, il montre la compassion et l’humanité, qui ressortent dans l’expression de ses personnages, qui sont parfois indigents ou usés par l’âge. Ses thèmes de prédilection sont le portrait (et les autoportraits) ainsi que les scènes bibliques et historiques. Rembrandt représente aussi des scènes de la vie quotidienne, et des scènes populaires. Sa famille proche – Saskia, sa première femme, son fils Titus et sa deuxième femme Hendrickje apparaissent régulièrement dans ses peintures. Il a exécuté peu de paysages peints, (cela est moins vrai pour l’œuvre gravé) et de thèmes mythologiques.

Rembrandt est le huitième enfant (sur dix) d’un père meunier sur le Rhin (Harmen Gerritszoon) et d’une mère fille de boulanger, Rembrandt est né le 15 juillet 1606 à Leyde, aux Provinces-Unies (les actuels Pays-Bas). Il passe son enfance et le début de sa vie de peintre dans sa ville natale, après avoir étudié le latin et effectué un bref passage à l’Université de Leyde, où il fut inscrit mais où il n’étudia probablement jamais.

En 1621, il décide de se consacrer entièrement à la peinture et devient apprenti dans le système d’apprentissage normal chez un artiste local, Jacob van Swanenburgh. Après six mois d’apprentissage à Amsterdam chez le plus important maître de l’époque, Pieter Lastman, il ouvre un atelier à Leyde qu’il partage probablement avec son ami Jan Lievens de Leyde, lui aussi ancien apprenti de Lastman, qui l’initie probablement à l’eau-forte. En 1627, Rembrandt enseigne déjà à des apprentis, dont le premier était Gerard Dou qui entra dans son atelier en 1628, et probablement commença avec la préparation des panneaux et toiles et des peintures, qui étaient tous faits à la main dans les ateliers des peintres.

En 1631, après avoir acquis une certaine notoriété, il se voit proposer de multiples commandes de portraits issues d’Amsterdam, l’obligeant à s’installer dans cette ville. Un important marchand d’art lui offre le gîte, Hendrick van Uylenburgh dont il épouse la nièce Saskia van Uylenburgh le 22 juin 1634. Ce dernier l’introduit dans le cénacle de la haute société et favorise sa réputation, ce qui lui vaut de nombreuses commandes de portraits – plus de 50 – de patriciens dans les années 1631-1634. Rembrandt a aussi réalisé plusieurs portraits de sa femme entre 1633 (National Gallery of Art, Washington D.C) et 1634 (musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg).

En 1639, Rembrandt et Saskia, qui vivent désormais dans l’opulence, vont habiter une maison cossue (qui deviendra le Musée de Rembrandt) de Jodenbreestraat, dans le quartier juif. Trois de leurs enfants meurent peu après la naissance. Le quatrième, Titus, né en 1641 atteindra l’âge adulte. Saskia meurt de la tuberculose en 1642 à l’âge de 30 ans. Le sommet artistique de cette période est La Ronde de nuit (« De Nachtwacht », Rijksmuseum, Amsterdam), fini en 1641, mesurant 440 x 500 cm (plus tard diminué), en faisant le portrait de 18 membres d’une milice civile, d’une façon dynamique révolutionnaire pour son temps.

Entre 1643 et 1649, Rembrandt partage ensuite sa vie avec sa servante Geertje Dircx, jeune veuve sans enfant, qui prend en charge le bébé Titus. Geertje entame et gagne un procès contre Rembrandt sur le sujet de promesse de mariage, mais Rembrandt la fait enfermer dans un asile d’aliénés. Il doit alors affronter un certain nombre de difficultés. Sa production de peintures continue, mais sa production d’eaux-fortes monte et connait un grand succès commercial et international.

En 1645, Hendrickje Stoffels, plus jeune que Geertje, devient une nouvelle servante de la maison, et remplace Geertje comme concubine. En 1654, ils ont une fille, Cornelia, ce qui leur vaut un blâme de l’Église qui leur reproche de « vivre dans le péché ».

Rembrandt vivant au-dessus de ses moyens, achetant des pièces d’art, des costumes dont il se sert souvent dans ses peintures, n’arrive plus à honorer ses dettes en 1656. Il est alors contraint de vendre sa maison et de se contenter d’un logis plus modeste sur Rozengracht. Hendrickje et Titus y installent une boutique d’art pour faire vivre la famille, car là, malgré la renommée de Rembrandt qui continue à croître, les commandes diminuent en nombre, mais pas en importance : par exemple le prince Antonio Ruffo de Sicilie commande trois grandes peintures à partir de 1653-57, mais une grande toile en 1660 (La Conjuration de Claudius Civilis, la plus grande de son œuvre) pour la nouvelle mairie d’Amsterdam, est refusée et retournée (maintenant dans le musée national de Stockholm). Il survit pourtant aux disparitions de Hendrickje (décédée en 1663) et Titus, mort en 1668. Sa fille Cornelia, sa belle-fille Marguerite et sa petite-fille Titia sont à ses côtés quand il meurt le 4 octobre 1669 à Amsterdam. Désargenté, il est inhumé dans l’église Westerkerk, où plus aucune trace de l’enterrement ne subsiste aujourd’hui.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Rembrandt de Wikipédia en français (auteurs)