Gauguin

Eugène Henri Jean-Paul Gauguin est né à Paris en 1848. Son père est Clovis Louis Pierre Guillaume Gauguin (1814-1849). Sa mère, née Aline Chazal (1825-1867), fut la fille de Flora Tristan et donc, selon certains auteurs, la petite-fille de Simon Bolivar et de Thérèse Laisnay. Elle descendait de propriétaires terriens espagnols d’Amérique du Sud et même, selon la légende, d’un vice-roi du Pérou.

Le peintre a d’ailleurs passé les années de sa plus tendre enfance à Lima où son père, mort au large de Punta Arenas, pensait trouver la fortune. Après avoir fait ses études à Orléans, Gauguin s’embarque dans la marine marchande puis dans la marine française et navigue sur les mers du monde durant six ans. À son retour en France en 1870, il se convertit en agent de change à la Bourse à Paris et connaît un certain succès dans ses affaires. Il partage alors une vie bourgeoise confortable avec sa femme, la Danoise Mette-Sophie Gad, et leurs cinq enfants : Émile, Aline, Clovis, Jean-René et Paul-Rollon.
Rue Jouvenet à Rouen, 1884. Collection Carmen Thyssen-Bornemisza, en depôt au Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid
Les Alyscamps, (1888)
Fatata Te Miti, (1892)
Autoportrait, (1893)
Musée d’Orsay, Paris
Cavaliers sur la plage, (1902)

Son tuteur, Gustave Arosa, homme d’affaires et grand amateur d’art, introduit Gauguin auprès des impressionnistes. En 1874, il fait la connaissance du peintre Camille Pissarro et voit la première exposition du courant impressionniste. Comme son tuteur, il devient amateur d’art et s’essaye alors à la peinture. Il expose par conséquent avec les impressionnistes en 1876, 1880, 1881, 1882 et 1886.

En 1882, il abandonne son emploi à la bourse (qui est dans une phase de mauvaise conjoncture) pour se consacrer à sa nouvelle passion, la peinture. De janvier à novembre 1884, il s’établit à Rouen, où Pissarro, qui l’avait guidé dans son approche de l’Impressionnisme, vivait également. Pendant ces dix mois passés à Rouen, il réalise près de quarante tableaux, principalement des vues de la ville et de ses alentours. Cela ne suffit pas pour vivre et il part vivre avec sa femme et ses enfants dans la famille de celle-ci à Copenhague. Le courant passe mal avec la belle-famille et ses affaires ne vont pas bien. Il décide de retourner à Paris en 1885 pour peindre à plein temps, laissant femme et enfants au Danemark, n’ayant pas les moyens d’assurer leur subsistance. Il participe de 1879 à 1886 aux cinq dernières expositions du groupe des impressionnistes.

En 1886, Gauguin effectue son premier séjour à Pont-Aven en Bretagne, où il rencontre Émile Bernard, le tenant du cloisonnisme. De retour à Paris, il rencontre pour la première fois Vincent van Gogh en novembre de la même année.

En avril 1887 il s’embarque avec le peintre Charles Laval pour le Panamá où ils vont travailler au percement du canal. Ils y rencontrent des conditions de vie particulièrement difficiles et décident de partir dès qu’ils auront réunis suffisamment d’argent pour la Martinique, que Gauguin avait découverte alors qu’il était marin.

Il restera à la Martinique dans des conditions précaires de juin à octobre 1887, à l’Anse Turin au Carbet à deux kilomètres de Saint-Pierre, où se trouve, toujours aujourd’hui, un musée3 qui lui est dédié. Enthousiasmé par la lumière et les paysages, il peindra douze toiles lors de son séjour.

Malades de dysenterie et du paludisme, et sans ressources pour vivre, Gauguin et Laval rentrent en France en novembre 1887.

En 1891, ruiné, il habite un temps à l’hôtel Delambre, au n°35 de la rue du même nom à Paris XIVe, puis s’embarque pour la Polynésie, grâce à une vente de ses œuvres dont le succès est assuré par deux articles enthousiastes d’Octave Mirbeau. Il s’installe à Tahiti où il espère pouvoir fuir la civilisation occidentale et tout ce qui est artificiel et conventionnel. Il passera désormais toute sa vie dans ces régions tropicales, d’abord à Tahiti puis dans les îles Marquises. Il ne rentrera en France qu’une seule fois. Les caractéristiques essentielles de sa peinture (dont l’utilisation de grandes surfaces de couleurs vives) ne connaissent pas beaucoup de changements. Il soigne particulièrement l’expressivité des couleurs, la recherche de la perspective et l’utilisation de formes pleines et volumineuses. Influencé par l’environnement tropical et la culture polynésienne, son œuvre gagne en force, il réalise des sculptures sur bois et peint ses plus beaux tableaux, notamment son œuvre majeure, aujourd’hui au Museum of Fine Arts de Boston : D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?, qu’il considère lui-même comme son testament pictural.

À Tahiti, il fait la connaissance de Téhura, jeune tahitienne âgée de treize ans, qui devient son modèle et sa compagne. Il est très inspiré et peint soixante-dix toiles en quelques mois. Mais après quelques années de bonheur, des soucis administratifs et plus personnels (mort de sa fille Aline, la préférée de ses cinq enfants) le minent. Il a également des problèmes de santé : une blessure à la jambe qui ne guérit pas depuis 1894, une crise de syphilis, si bien qu’il déprime et tente de se suicider. Il décide alors de partir pour les Marquises afin de retrouver l’inspiration. En 1901, le voici donc à Atuona (sur l’île de Hiva Oa), dans les îles Marquises. Il lui semble être au paradis. Il va vite déchanter en se rendant compte des abus des autorités et en essayant de se battre pour les indigènes. Affaibli, fatigué de lutter, il meurt le 8 mai 1903. Il est enterré dans le cimetière d’Atuona. La tombe de Jacques Brel côtoie la sienne.

Ses expérimentations sur la couleur et l’ensemble de son œuvre influencèrent l’évolution de la peinture, notamment le fauvisme du XXe siècle.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Paul Gauguin de Wikipédia en français (auteurs)