Fragonard

Jean Honoré est fils de Marco Fragonard, garçon gantier, et de Françoise Petit. Après le décès à dix mois de son petit frère Joseph, il restera enfant unique. Jean Honoré Fragonard quitte sa ville natale à l’âge de six ans pour s’installer avec sa famille à Paris, où se déroulera la plus grande partie de sa carrière.

Les dispositions artistiques de Fragonard sont précoces et après avoir quelque temps travaillé avec Jean Siméon Chardin, il entre, à l’âge de 14 ans, dans l’atelier de François Boucher. C’est grâce à lui que le jeune Fragonard affirme ses dons. Boucher le présenta bientôt au prestigieux concours du prix de Rome dont il remporta le premier prix en 1752. Une carrière dans la peinture d’histoire lui semble alors toute tracée. Il entra alors durant trois années à l’École royale des élèves protégés alors dirigée par le peintre Carle Van Loo. Fragonard part ensuite en 1756 pour l’Académie de France à Rome en compagnie de son ami Hubert Robert (un autre peintre ayant remporté le prix de Rome). Il y résidera jusqu’au mois d’avril 1761. Il quitte dès lors la Ville éternelle pour la France durant un long périple achevé en septembre à travers les villes de Florence, Bologne et Venise notamment.

Il se distingua d’abord dans le genre sérieux et donna en 1752 son tableau de Jéroboam sacrifiant aux idoles (Paris, École de Beaux-Arts) qui fut justement admiré. C’est ce tableau qui lui fit gagner le prix de Rome. Mais, désespérant d’atteindre au premier rang dans ce genre, il le quitta pour le genre érotique, dans lequel il obtint le plus grand succès, il devint bientôt le peintre à la mode, et amassa une grande fortune que la Révolution française lui fit perdre. En 1769, il se maria avec Marie-Anne Gérard (1745-1823), une peintre en miniature aussi originaire de Grasse. Cette même année, nait leur première fille Rosalie (1769-1788).

En 1773, après un voyage en Flandre pendant l’été, le fermier général Pierre-Jacques-Onésyme Bergeret de Grandcourt lui proposa d’être son guide pour un voyage en Italie, puis en Europe centrale, qui débutera en octobre. Bergeret de Grandcourt était comte de Nègrepelisse, et l’itinéraire du voyage, à l’aller, passa par cette localité, où la petite troupe de voyageurs y séjourna une quinzaine de jours. Fragonard y dessina le château, propriété de Bergeret2. Le voyage prit fin en septembre 1774 après les visites successives de Vienne, Prague, Dresde, Francfort et enfin Strasbourg.

En 1780, le couple Fragonard donne naissance à un nouvel enfant Alexandre-Évariste Fragonard (1780-1850), qui deviendra lui-aussi artiste. Huit ans plus tard décède leur fille Rosalie à seulement 19 ans au château de Cassan en région parisienne. Après un séjour à Grasse (1790-91), Fragonard devient membre de la Commune des Arts en 1793. Par la suite, Fragonard, fut nommé l’un des conservateurs du Musée du Louvre par l’Assemblée nationale.

En 1805, Fragonard est expulsé du Louvre par décret impérial comme de nombreux artistes. Il s’installe alors chez son ami Veri, au Palais Royal. L’année suivante, il décède, apparemment terrassé par une congestion cérébrale dans son nouveau logement situé aux galeries du Palais-Royal.

Les funérailles sont célébrées à l’église Saint-Roch. Il est inhumé dans l’ancien cimetière de Montmartre, où sa tombe n’est plus visible.

À l’instar de François Boucher, Fragonard est considéré comme le peintre de la frivolité, du Rococo, bien qu’il ait peint dans de nombreux autres registres : grands paysages inspirés de peintres hollandais, peintures religieuses ou mythologiques, ou scène de bonheur familial notamment.

D’un trait virtuose, Fragonard savait montrer le tourbillonnement du monde par des gestes expressifs et gracieux ou des drapés pleins de vigueur. Fragonard est le dernier peintre d’une époque sur le déclin, ses scènes de genres seront bientôt rendues obsolètes par la dureté néo-classique de David, par la cruauté de la Révolution et celle de l’Empire.

Les scènes de genre de Fragonard sont volontiers égrillardes comme par exemple Les Hasards heureux de l’escarpolette, fantasme d’un commanditaire libidineux (M. de Saint-Julien, receveur général des biens du clergé) qui donna à l’artiste des conseils de mise en scène : « Je désirerais que vous peignissiez Madame sur une escarpolette qu’un évêque mettrait en branle. Vous me placerez de façon, moi, que je sois à portée de voir les jambes de cette belle enfant et mieux même, si vous voulez égayer votre tableau. »

Mais même ces scènes effectivement frivoles peuvent être lues à un niveau différent, on peut y voir percer, souvent, une inquiétude, un sentiment de fin de fête parfois (et cela rappelle Watteau ou encore le roman Point de lendemain par Vivant Denon), ou encore une menace diffuse : les couples dans l’intimité, les belles qui s’épouillent, les endormies, tout ce petit monde de grâce et de sympathie est observé par un peintre qui nous rappelle que la jeunesse ne dure pas et que les moments de tendresse lascive sont fugaces et rares.

Fragonard avait travaillé notamment avec Hubert Robert (1733-1808), leur collaboration fit l’objet d’une exposition à Rome à la Villa Médicis.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean-Honoré Fragonard de Wikipédia en français (auteurs)