Fantin Latour

Ignace Henri Jean Théodore Fantin-Latour, né à Grenoble le 14 janvier 1836 et mort à Buré le 25 août 1904, est un peintre réaliste et intimiste, et lithographe français.

Il étudie avec son père Jean-Théodore Fantin-Latour 1805 1872, puis avec Horace Lecoq de Boisbaudran à la Petite École de dessin de Paris. Il entre à l’École des beaux-arts en 1854 et participe à l’éphémère expérience de Gustave Courbet en 1859. Il épouse la peintre Victoria Dubourg en 1876. Il passe ensuite ses étés dans la résidence de la famille de sa femme à Buré en Basse-Normandie.

Membre du groupe dit ‘de 1863′, puis du Cénacle des Batignolles d’où surgira l’Impressionnisme, il est un peu, remarquait Gustave Kahn, le chaînon qui unit les peintres d’aujourd’hui à la peinture romantique. Fantin rénove le portrait collectif avec de grands tableaux-manifestes ; Hommages à Delacroix, 1864, Le toast, hommage aux peintres réalistes 1865, fragment à la Freer Callery, Washington ; L’atelier des Batignolles, hommage à Manet; Un coin de Table, hommage aux jeunes poètes parnassiens, 1872, dont Verlaine et Ribaud, Autour du Piano, hommage aux musiciens et musicologues 1885. Ses natures mortes, fleurs ou fruits, ont souvent trouvé acquéreur, c’est Whistler qui a attiré en Angleterre l’attention sur Fantin, à une époque où la peinture impressionniste française était peu appréciée dans ce pays. Il l’a ainsi mis en relation avec son beau frère Françis Seymour Haden et avec le graveur Edwin Edwards. Passionné de musique Berlioz, Schumann, Wagner, Fantin cherche à la transcrire par des peintures fluides exécutées en longues touches, Trois filles du Rhin1876, et lui consacre la plupart de ses litographes. Ses portraits de sa femme Victoria Dubourg, ou de ses amis, Manet, Verlaine, ont un réalisme harmonieux et incisif.

Il est enterré au Cimetière du Montparnasse.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Henri Fantin-Latour de Wikipédia en français (auteurs)